Nécrologie

AMNIARIX

 

Décès de Jeannie de Clarens, une grande figure de la résistance et du réseau alliance

Posté le 25 août 2017

Agent du renseignement particulièrement audacieux durant la Deuxième Guerre mondiale, Jeannie Rousseau devenue Jeannie de Clarens,  97 ans, est décédée, a annoncé sa famille dans un faire-part publié par le quotidien Le Monde.

Membre du réseau Alliance, l’un des réseaux de renseignement majeurs de la résistance, polyglotte, cette fille d’un haut-fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères qui a agi sous le pseudonyme d’Amniarix a été recrutée en 1942 par Georges Lamarque dit Pétrel. Dès le début de la guerre repliée avec ses parents à Dinard, elle a travaillé comme interpètre et déjà, elle détourne des documents et fournit des informations aux Alliés. Une première fois appréhendée par la gestapo, elle est relâchée par manque de preuve mais elle doit quitter la Bretagne et revient sur Paris.

Jeannie de Clarens a transmis en 1943 à Londres des informations très précises sur les bombes volantes allemandes V1 et V2 mises au point à Peenemünde.

Ce rapport détaillé et d’une richesse technique exceptionnelle a décidé les Britanniques à frapper ce pôle scientifique et expérimental du IIIe Reich. Aussi, la Royal Air Force y a mené un raid de très grande envergure en août 1943, avec près de six cents aéronefs. La base de Peenemünde (Poméranie) a été sérieusement endommagée et  les dégâts matériels et  humains y ont été considérables. Les Allemands y perdent environ cinq cents techniciens hautement qualifiés.

Arrêtée par la gestapo, Elle est arrêtée à La Roche-Derrien  le 28 avril 1944 en compagnie de Le Bitous, Jacques Collard, François Margeau, elle est interrogée en placée en détention à la prison Jacques Cartier de Rennes. Elle est déportée depuis Pantin le 21 août 1944 vers le camp de concentration nazi de Ravensbrück où elle reçoit le Matricule 57 661. Elle est rapatriée par la Croix-Rouge en avril 1945.

Jeannie de Clarens était grand officier de la Légion d’honneur, titulaire de la croix de guerre 39-45 et de la Médaille de la Résistance.

Sources: L'histoire en rafale - Le blog histoire d'Hervé Chabaud

 

Voir aussi Jeannie de CLARENS alias « Amniarix » du sous réseau « Druides »
dans notre biographie

Rolande BECKER

Rolande Becker s’est éteinte à l’âge de 94 ans.

Une rencontre a décidé du destin de Rolande Sertier. Celle qu’elle fit un jour de septembre 1943, dans un train qui la ramenait chez ses grands-parents, à Saint-Amour, dans le Jura, avec un jeune homme prénommé Roger. Mais elle devait bientôt apprendre que ce dernier appartenait à un important réseau de renseignement, le réseau Alliance de Marie-Madeleine Fourcade. Aux sentiments partagés, se sont ajoutés les engagements communs dans la Résistance. En février 1944, Rolande est homologuée dans le réseau. Dès lors les missions se succèdent, bénéficiant des renseignements sur les mouvements de troupes allemandes communiqués par son père qui travaillait sur la gare d’Ambérieu, important nœud ferroviaire. Des déplacements multiples, des transmissions de documents qui aboutissent à Londres, des rencontres dangereuses, des frayeurs avec l’arrestation de Roger mais c’est avec la satisfaction du devoir accompli que le couple vit la Libération de Lyon. Le 15 octobre 1945, tout naturellement, Rolande devient madame Becker. Les époux désormais inséparables se consacrent aussi à la transmission de la mémoire et à celle du réseau Alliance. Rolande Becker, décédée à l’aube de ses 95 ans, était commandeur dans l’ordre national du Mérite et commandeur dans l’ordre des Palmes académiques.

Commentaires