poesie

Poèmes

- Un poème écrit par le fils d'Edouard kauffmann en hommage à son père :

La passion du colonel kauffmannla-passion-du-colonel-kauffmann.docx (18.29 Ko)

- Un autre poème écrit par Alfred Jassaud alias "Bison"

Ne pleurez point surtout...

 

Quand la douce Atropos fermera ma paupière

Viendrez-vous seulement dire un dernier adieu

A celui qui passa dans la vie familière

Comme un bouffon railleur, un troubadour joyeux.

Verserez-vous alors, ma belle amie que j'aime

En ces vers aujourd'hui, je vous en fais l'aveu

Sur mon âme assoiffée une larme suprême

Eternel réconfort à mon coeur d'amoureux.

Verrai-je vos beaux yeux se voiler de tristesse

Votre regard si pur me chercher dans le noir...

Invisible témoin, fantôme pris d'ivresse

Je baiserai vos mains dans le calme du soir.

Non! Non! Ne venez point attrister votre coeur

Sur la tombe bénie qui me rive à la terre

Riez, dansez, chantez, prenez tout le bonheur

Que vous donne la vie, oubliez ma prière.

L'oubli ne pèse point au coeur enseveli

Jamais je ne serai plus près de vous, jamais.

Jamais je n'abandonnerai votre bras si joli...

Je serai le gardien de celle que j'aimais.

Non! Non! Eloignez-vous, rejetez le passè

Ne songez plus aux jours qui ont fui sous nos pas

Au tourbillon de joie, laissez vous enlacer

Oubliez! Oubliez! Les morts ne pleurent pas.

Ah,non! Vous voir pleurer sur ma tombe de glace

Voir vos yeux adorés, voilés pour moi de pleurs

Une douleur crispée sur votre douce face

Serait pour moi, cherie, le plus grand des malheurs

A Jassaud

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau