PREVOST Pierre

 

Photo recherchée

 

Secteur « Stade »

Né le 23 janvier 1915 à Mouvaux (Nord), fusillé le 19 janvier 1944 à Bondues (Nord) ; sous-directeur technique ; résistant (réseau Alliance).

Marié, père de deux enfants et domicilié à Tourcoing (Nord), Pierre Prévost alias « Canard » ou « T.14 » y fut arrêté par la Feldgendarmerie, le 6 décembre 1943, pour espionnage. Il était membre du réseau Alliance depuis décembre 1942, et opérateur radio pour le Nord. De son domicile, il envoyait à Londres, à l’aide d’un poste émetteur, des renseignements sur les rampes de lancement des V1 et sur les déplacements des troupes allemandes. Il fut repéré par la radiogoniométrie. Le jour même de son arrestation, il était interné à la prison allemande de Loos-lès-Lille (Nord).
Comme son activité d’espionnage intéressait « l’ange gardien des V1 », ce nouvel appareil de répression nazi envoyé à la fin de 1943 dans le nord de la France pour assurer la protection des constructions spéciales, Pierre Prévost fut remis à la compétence du tribunal du 65e corps d’armée allemand. Il fut condamné à mort, le 19 janvier 1944, par cette cour martiale secrète et fusillé le même jour par un peloton d’exécution allemand au fort de Bondues.
D’autres résistants du réseau furent fusillés aux alentours du 19 janvier : Henri Lebrun, Georges Charles, André Chevalier, Yves Defossez, Henri Desaintfuscien, Roger Speybrock, Gilbert Bostsarron, Robert Sarazin.

SOURCES : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr - DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Fonds « Michel Rousseau » (La Coupole). – Laurent Thiery, La Répression allemande dans le nord de la France (1940-1944), Lille, Presses du Septentrion, 2013, p. 239-256.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau