aa Préambule à lire SVP

Structure d’une biographie

Nos biographies comportent 3 parties successives :

1- Des informations techniques référencées décrivant les principales étapes de la personne : Secteur, nom/alias, dates, rôle dans la résistance, arrestation s’il y a eu lieu, chaîne du calvaire, exécution (ou survie).

2- Des informations personnelles de l’association L’ALLIANCE et prélevées dans nos archives, lorsque nous en avons.

3- Des informations qui vous sont personnelles, où vous pouvez ajouter vous-même des souvenirs de famille ou un savoir historique particulier.

Vous pouvez non seulement nous proposer la rédaction du point 3, mais aussi des photos, des commentaires ou rectifications sur les points 1 et 2, et un article complémentaire. Après validation par notre Comité de rédaction historique, nous les y ajouterons.
Cette biographie a pour objet non seulement de se rapprocher de la vérité, mais aussi de donner au lecteur une idée la plus proche de la réalité de ce qu’était cette personne, dans son intimité.

Rendre vivante la personne disparue pendant ou après la guerre, pour mieux transmettre ce qu'il a à nous dire, tel est notre souhait.

REMARQUE IMPORTANTE :

Le point 1 est ouvert à toute personne venant sur le site.
Le point 2 est ouvert à tous ceux qui se seront inscrits sur le site (cliquer ICI).
Le pount 3 est ouvert qu'à nos membres, adhérents à l'association L'ALLIANCE (cliquer ICI).

 

 

Commentaires

  • Serre
    • 1. Serre Le 14/12/2017
    Cousin germain d'André Coutant, journaliste-écrivain, membre du réseau Alliance ; les nouvelles de sa déportation et de sa disparition ne me sont parvenues qu'après les événements de 39/45 et par sa mère.
    Nos deux familles étaient très unies et demeuraient l'une en face de l'autre à Pantin autrefois dans le département de la Seine. A peine âgé de 11 ans, André Coutant, avec une mention très bien à son certificat d'études primaires, continue ses études dans deux lycées Parisiens et manifeste une préférence pour l'étude de la littérature en étudiant et gérant ses achats de livres dans une très belle bibliothèque en bois de rose. En 1940 je n'avais que 5 ans mais il semble que nos parents se soient préparés à affronter une épreuve difficile ; madame Coutant mère de mon cousin reprend en main un domaine familial dans le Gard dont elle devait en être l'héritière si son fils ne revenait pas de la ligne Maginot, son père ancien combattant de 14/18 restant à Paris. Mon père répond à l'ordre de mobilisation et est envoyé dans le nord de la France combattre les Allemands, il suit son général jusque dans les Alpes. Ma mère et moi en exode nous arrivons à Guérande en Bretagne pour rejoindre ensuite la famille de mon père.
    C'est dans la vieille demeure spacieuse de la famille dans le Gard dont une partie va être achetée par mon père en 1958 que ma présence plus ou moins longue, année après année, me donne l'impression d'avoir pris la place de quelqu'un ne revenant pas. Les plaintes de sa mère envers son fils n'étaient pas rares et elle me parlait quelquefois de sa conduite exceptionnelle dans la Résistance, de son certificat d'un général Anglais, pour que son souvenir ne soit pas oublié. L'accueil qui m'était réservé et l'aide que je pouvais apporter sera cependant salutaire pour mon état de santé compromis en région Parisienne et m'inspirer un nouveau départ dans ma vie professionnelle.
    En 1965 Madame Coutant me conseille de demander une audience à une personnalité de la Résistance pour une aide éventuelle dans des recherches sur la disparition de son fils : il me fais savoir qu'il ne peut rien faire. Entre le 1er septembre 1941 et le 22 juin 1942 période de son activité au réseau Alliance ; nous ne savons rien d'autre que ce que j'ai indiqué dans différentes correspondances. Au retour de sa mission en Alsace Annexée, il est allé à Pantin, puis devait prendre un train pour Bordeaux. Par manque d'argent il aurait frappé à la porte d'une famille à Paris qu'il connaissait dont une personne venait se faire coiffer chez sa mère, c'est là qu'il est arrêté par la Gestapo.
    Ce n'est qu'en 1999 au moment de ma retraite que j'ai commencé les recherches sur la disparition d'André Coutant et continuer à gérer le patrimoine qui m'appartenait. Ses archives me permettront de savoir qu'il avait écrit un livre et fait un récit de son évasion qui ne sont pas retrouvés. Ayant eu droit aux plus hautes distinctions militaires et à la mention Mort en Déportation en février 1945 à Ellrich, j'ai composé un Devoir de Mémoire soutenu par l'O.N.A.C. dont je suis l'auteur, dans l'espoir d'une commémoration comme le souhaitait sa mère. Je laisse à disposition dans une valise ses archives classées jointes à mon travail de recherches.
  • Monnier
    • 2. Monnier Le 11/12/2017
    André Coutant, journaliste-écrivain, alias Gérard Novel
    adhésion à Pau au réseau Alliance le 1er septembre 1941, agent de renseignements et liaisons, grade CM 3eCL.. St/L.
    Arrêté déjà par la police de Vichy fin année 1941,dans l' affaire Gavarni citée par Mme Fourcade page 120,150,156 dans l'arche de Noé au cours d'essais avec poste de radio. Il sera relaché faute de preuves.
    Consultation en 2006 de son dossier à la caserne de Pau refusée.
    Entre décembre 1941 et juin 1942 Il poursuit sa tâche en zone occupée en accomplissant de périlleuses missions en Alsace occupée...
    Il fût arrêté par la gestapo de Paris le 22 juin 1942 suite à dénonciation d'un agent double d'infiltration à la solde de l'ennemi.
    Interné au Cherche Midi et torturé rue des Saussaies ; il fût déporté à Sachenhausen en passant par Compiègne, puis Ravenbruck et Ellrich. Motifs de sa déportation N.N. : Espionnage et aide aux puissances Alliées.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau