Léon Mury

Léon MURY

Léon Mury

Secteur "Grand Hotel"

Léon, fils de Louis et Léonie Mury, instituteurs publics, naît le 21 novembre 1920 à Tressé en Ille et Vilaine.   Elevé par des parents particulièrement sévères, il a la réputation d’être gentil et bavard, plein de gaîté, malin, débrouillard et turbulent, aimant faire des farces.

Leon murybis

Léon Mury

On voit ici Léon au premier plan, à Melesse, sur une carte postale, devant des enfants et la sortie d’un café, juste avant la guerre. 

 

             

Il grandit dans une famille très patriote. Son père, qui a été grièvement blessé à la tête en 1917, est si bouleversé de vivre un nouveau conflit qu’il pleure en apprenant  la déclaration de guerre en septembre 1939 et lors de la débâcle en mai-juin 1940. Tout de suite, il soutiendra de Gaulle et la Résistance.

                Après des études primaires supérieures, Léon réussit le concours de surnuméraire des Postes et effectue une année de formation dans les télécommunications à Nantes. Début 1939, il est nommé à Metz que, sur le conseil de son chef, il quittera précipitamment au printemps 1940 afin de fuir les Allemands qui enrôlent de force les Lorrains. Il rejoint sans papiers Rennes et la maison familiale.

                Engagé volontaire dans la Marine Nationale alors qu’il n’a pas encore 20 ans, le 5 juin 1940, il est affecté le 8 au 3ème dépôt des Equipages de la Flotte. L’Etat-Major ayant décidé de se replier vers le Sud, Léon, après avoir changé 7 fois de bateau, réussit enfin le 22 juin, accompagné de 2 officiers, à mettre le cap sur  Bordeaux, non sans péril car l’embarcation est vétuste, l’équipage inexpérimenté et les bombes pleuvent sur le port de Lorient. A l’entrée de la Gironde, le bateau doit faire marche arrière, Léon ayant su interpréter les feux lumineux prévenant que le fleuve est miné, et descend jusqu’à Bayonne. Ayant reçu vivres et vêtements, il  est envoyé à l’Ecole des radios à Casablanca où il obtient le 1er juillet 1942 le grade de matelot télégraphiste breveté de 1ère classe.

                A bord du cargo « Aude » qui transporte des marchandises (vins et céréales), il effectue plusieurs traversées reliant Alger à Marseille, puis affecté sur le torpilleur « Iphigénie » basé à Bizerte, il navigue le long des côtes d’Afrique, au large d’Oran, Casablanca, Dakar.

Le cargo "Aude"