FAYE Léon

Note préalable de l'Association :

Nous vous donnons sur ce site de multiples informations. Mais les anecdotes sont rares car elles n’ont pas fait l’objet de rapports…
En voici une, qui redonne vie à cet homme remarquable.

Commandant de la 6e escadrille de l’aviation française au Maroc, il était sous les ordres du colonel Edouard KAUFFMANN. Ce fut la naissance d’une grande amitié entre les deux hommes jusqu’à leur mort entre les mains de la Gestapo.

L’admiration était réciproque. Deux grands patriotes, combattants pour la paix, qui ont risqué leur vie de multiples fois pendant plus de 20 ans pour sauver leur idéal : une France forte, libre et humaine.

C’est donc tout naturellement que FAYE en février 1942, alors que le réseau ALLIANCE supportait une première attaque des services secrets allemands, vint retrouver son colonel à Sarlat. Leur discussion put être celle-ci :

  • « Mon général, je sais que vous bouillez au désir d’aider la France. Je viens de prendre la direction des actions d’un réseau de renseignement qui travaille avec les alliés. C’est très sérieux. J’ai besoin de vous ! ». Connaissant l’humanitarisme de son supérieur qui trouvait ridicule de tirer sur un soldat allemand qui sera remplacé par un autre -sans parler des représailles- il ajouta : « on n’est pas là pour bousiller du boche, mais pour gagner la guerre ».
    Le colonel, qui cherchait depuis un an comment combattre intelligemment l’Allemagne nazie, sut apprécier cette proposition de son vieil ami pilote. Enfin ! Il allait pouvoir combattre.
  • « Qui dirige ce réseau ? »
  • « Une femme. Mais pas n’importe quelle femme ! un chef incontestable et non contestée. Même les Anglais l’on acceptée. »
  • « Les Anglais ? Je me méfie des Anglais, cette perfide Albion… Que viennent-ils faire là-dedans ? »
  • « Ce sont les seuls à pouvoir nous fournir du matériel radio et des fonds. Ils sont indispensables pour l’instant. De Gaulle sera informé, mais lui ne peut rien faire. Seuls les Anglais sont en guerre et capables d’attaquer les forces allemandes »
  • « Oui… Bon… C’est vrai. Mais je veux connaître cette furie dont tu me parles. »
  • « Elle est à Londres, mais je devrais pouvoir organiser un rendez-vous dans quelques semaines ».

Et en février 42, le rendez-vous avec Marie-Madeleine Méric eut lieu. Léon FAYE avait gagné un nouveau membre pour diriger le service radio et rapatrier de nouveaux résistants à la cause. D’une centaine, ils devinrent en 1 an et demi plus de 3000, sans compter de nombreux sympathisants que Léon FAYE estima, devant le Tribunal militaire allemand, à près de 150.000.

Léon FAYE, très proche de Marie-Madeleine Méric, fut ainsi son bras droit, le codirigeant du réseau avec Marie-Madeleine. Son attachement au colonel KAUFFMANN et ses missions sur Londres et l’Afrique du Nord le conduisait à donner à celui-ci les clés du réseau pendant ses absences. Un « couple » de seigneurs au service de la France.

Ce réseau était structuré de telle manière que les responsabilités étaient sur les épaules de nombreux chefs chacun pour leur secteur et leur spécialité. On compte donc par centaines les chefs de ce réseau.

Mais seule une dizaine s’occupait du réseau dans son ensemble.

Léon FAYE a été le coordinateur de terrain des principales actions du réseau. Il en était, plus que le ministre de la guerre, le premier ministre.

Nous avons regroupé toutes les informations que nous avions sur cet homme exceptionnel et nous les avons incorporées (ou nous sommes en cours de le faire) à ce site. Mais il manquera toujours ce que ces héros n’ont pas pu nous transmettre : ce qui a été détruit et ce qui est parti avec leur mort.

A nous de tenter de nous rapprocher de la vérité. A vous de nous envoyer des informations complémentaires.

Tiré d' Icare n°148

Icare

Faye1

Fay2

Faye3

Faye4

Faye5

Faye6

Faye7

Faye8

Fran 0086 000369 l min 1

Fran 0086 000370 l min 1

Fran 0086 000371 l min 1

Fran 0086 000372 l min 1

Fran 0086 000373 l min 1

Fran 0086 000374 l min 1

Fran 0086 000375 l min 1

Fran 0086 000376 l min 1

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau