GUILLEBAUD Paul et Rachel

 

Secteur « Asile »

Né le 23 juin 1904 à Terminiers (Eure-et-Loir), abattu le 17 mars 1943 à Gannat (Allier) ; employé au ministère de la justice ; résistant du réseau Alliance.

Paul Guillebaud alias « Mouflon » était le fils d’un chef de gare domicilié à Gommiers commune de Terminiers (Eure-et-Loir). Il se maria en 1938 à Malakoff et était alors domicilié dans cette commune et employé (commis principal) au ministère de la justice. Son épouse Rachel Roussel était originaire d’Arras.
Membre du réseau Alliance à partir de juin 1942, il était, selon l’attestation de Marie-Madeleine Méric, chef de secteur Vichy depuis août 1942. La date de son arrestation, en gare de Gannat (Allier) et de sa mort est tantôt le 15 mars, tantôt le 17.
Dans une lettre des autorités allemandes du 27 mars 1943 adressée au préfet de police de Paris, celles-ci signalaient qu’il était mort le 15. Un jugement, après enquête, fixa la date de son décès le 17 mars. C’est la date qui figure sur son acte de naissance. Il aurait été abattu de retour d’une mission à Vichy dans la salle des pas perdus à Gannat et était domicilié boulevard des graves à Vichy au moment de son arrestation.
Il fut incinéré au Père-Lachaise.
Il fut homologué Capitaine FFI et reçut la Médaille de La Résistance par décret du 31 mars 1947.
Il s’était marié le 16 juillet 1938 à Malakoff avec Rachel, Nelly Rousset. Née le 14 mars 1903,

Rachel GUILLEBAUD est recrutée en août 1942 par son mari pour entrer comme agent de renseignements et de liaison au réseau «Alliance». Elle prend le pseudonyme de «Brebis».

Elle est arrêtée à Gannat

- le 8 mars selon le réseau "Alliance"

- le 18 mars 1943, le lendemain de l'assassinat de son mari par la Gestapo.

Elle est internée à la prison de Fresnes où sont rassemblés les agents du réseau «Alliance».

Elle est déportée NN le 27 mai 1943 de Paris à la prison d'Offenburg dans l'attente de sa comparution devant le tribunal de Fribourg-en-Brisgau.

Selon le "Tribunal de Guerre du IIIe Reich" d'Auguste Gerhards, "Accusée d'aide à une activité d'espionnage par la recherche et  le transport de renseignements au profit d'une puissance ennemie, elle est condamnée à mort. Le jugement est confirmé le 17 mars 1944 par l'amiral  Bastian, mais le Führer lui accorde sa grâce le 23 juin 1944 et la sentence capitale  est commuée en peine de pénitencier à vie".

Elle est alors transférée à la prison pour femmes de Cottbus.

Cottbus: prison située au nord de Dresde. A notamment été le lieu d'application des peines de travaux forcés pour les femmes "NN" et aussi un lieu de transit vers Ravensbrück.

Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

 

A l'automne 1944 la procédure «Nuit et Brouillard» ayant été abrogée, elle est transférée au camp de concentration pour femmes de Ravensbrück le 21 novembre. Puis elle est envoyée le 7 mars 1945 au camp de concentration de Mauthausen  où elle reçoit le matricule N° 1809 selon le Comité International de la Croix-Rouge.

Elle  est libérée à Mauthausen le 22 avril 1945 sur intervention de la Croix-Rouge Internationale  et arrive en Suisse le 24 avril, puis à Annecy.

Source du document ci-dessus: Comité International de la Croix-Rouge à Genève.

 

A son retour elle signale le rôle joué par le traître Marius CHAMBON dans l'arrestation des membres du réseau "Alliance" : il se faisait arrêter par la Gestapo avec ses victimes qu'il avait dénoncées, puis était relâché et recommençait.

 

Selon une attestation de Marie-Madeleine FOURCADE, «les fonctions occupées par Madame GUILLEBAUD dans notre réseau correspondaient dans la hiérarchie de la D.G.E.R. au grade de Chargé de Mission de 3ème classe».

 

Elle décède à Sevran (93) le 3 février 1991..

 

Plaque sur la gare de Gannat à droite du panneau


 

SOURCES : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr - DAVCC, Caen, 21P 198161. — État civil. http://www.afmd-allier.com/PBCPPlayer.asp?ID=1261939

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau