DE LA MOTTE ROUGE DLMR Christian

 

 

Secteur « Hangar »

Né le 14 décembre 1897 à Pommerit-le-Vicomte (Côtes-du-Nord) ; mort d’épuisement le 21 avril 1944 au camp de Schirmeck (Bas-Rhin) ; officier de carrière ; résistant réseau SR Alliance.

De son véritable nom (tel qu’il figure sur son acte de naissance) « De la Motte Rouge de la Motte Rouge Christian », Marie, Elie, Georges, Joseph alias « Méhari » ou « N.10 », il était le fils d’Alain, Adolphe, Jules De la Motte Rouge de la Motte Rouge propriétaire, résidant au château de Kerbic, et de Zoé, Eulalie, Marie De Launay. Il était issu d’une vieille famille de la noblesse bretonne (il était vicomte) qui avait donné à la France des générations de militaires (son grand-oncle fut chef de bataillon de la garde sous la Restauration et son oncle, général de division et sénateur sous le second Empire). Son frère, Alain, Saint-Cyrien promotion 1914, lieutenant au 48ième RI mourut au front le 4 mai 1917.

 

 Lieutenant du 235ème régiment d'artillerie de campagne en 1914-18.

Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils

 

Lui-même devançant l’appel de sa classe partit pour le service armé en août 1916. Elève-aspirant à l’école de Fontainebleau, il fut fait sous-lieutenant en janvier 1918 et fit la fin de la campagne de France (blessé par un éclat d’obus en avril 1918). Il fut démobilisé en septembre 1919, ayant reçu la croix de guerre et la Médaille militaire. Il se réengagea dans l’armée dès mars 1920 et fit toute sa carrière dans l’artillerie, lieutenant en 1922, capitaine en juin 1930. Capitaine au centre de mobilisation d’Artillerie n°11 à Vannes (Morbihan) en 1938, il y fut fait chevalier de la Légion d’Honneur. Il participa à la campagne de France en 1940, qu’il termina au poste de commandant, chef d’escadron d’artillerie.
Il avait épousé le 28 décembre 1922 à Benon (Charente-Maritime), Marie-Thérèse Godet. Démobilisé, il était en 1941 domicilié à Luçon (Vendée). Il s’engagea au sein du réseau Alliance : sous le pseudonyme de « Méhari », il fut l’agent principal du secteur de La Rochelle (Charente-Maritime), région sud-ouest « Hangar », constitué majoritairement autour de Léonce Vieljeux, armateur, colonel de réserve et maire de La Rochelle. Ce réseau avait principalement pour objectif la surveillance de la côte atlantique et en particulier la surveillance du trafic de l’importante base de sous-marins de La Rochelle. . Dénoncés par un agent double travaillant pour la police de sûreté allemande, les agents de la région Sud-ouest furent arrêtés fin 1943, début 1944. Christian De la Motte Rouge fut arrêté en janvier 1944 et conduit à Strasbourg (Bas-Rhin) pour être regroupé par les services allemands avec les autres membres du réseau. Faute de place les détenus furent progressivement transférés au camp de Schirmeck (Sicherungslager Vorbruck-Schirmeck). Christian De la Motte Rouge fit partie des 10 premiers arrivés du réseau Alliance dans ce camp le 17 mars 1944. Enfermé au bunker de Schirmeck (Bas-Rhin), Christian De la Motte Rouge y mourut des privations et d’épuisement le 22 avril 1944.
Il fut déclaré "Mort en déportation". Son nom figure sur le monument aux morts de Benon (Charente-Maritime) et une place de La Rochelle lui est dédiée.

SOURCES : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/-Etat civil— Fondation pour la mémoire de la déportation — Mémorial de l’Alliance. 1948 — mémorial genweb fiche : bp-1505364 — Dossier Légion d’honneur.- http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille041.htm

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau