BORDES Christiane

 

 

Photo recherchée

 

Secteur « Grand Hôtel »

Née le 4 septembre 1910 à Caluire-et-Cuire (Rhône), exécutée le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; résistante.

Christiane Bordes était la fille de Maurice, âgé de 45 ans, négociant et de Jeanne Léonie Bouteille, âgée de 33 ans. Elle se maria le 25 novembre 1930 à Tassin-la-Demi-Lune avec Henri Anthelme Battu, qu’elle épousa une seconde fois le 1er juin 1939, à Lyon 3e, selon mention marginale portée sur son acte de naissance.
Elle entra dans la Résistance comme estafette du réseau "Alliance", au service de l’état-major. Elle fut arrêtée le 17 mars 1943 à Paris et déportée dans le convoi du 1er mai 1944 avec la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard"), au camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où elle arriva le 20 mai 1944.
Devant l’avance alliée les 107 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Christiane Battu, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution, puis incinérés directement dans le four crématoire situé dans le même bâtiment.
Elle fut déclarée "Morte en déportation" par arrêté du 9 septembre 2014.
Son nom figure sur le monument aux morts de Caluire-et-Cuire (Rhône) et sur la plaque commémorative du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller.

SOURCES : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/-MémorialGenWeb. — Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof". — Marie-Madeleine Fourcade in "L’Arche de ¨Noé", Ed. Fayard, Paris 1968. — "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. tome 2. — État civil.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau