BICHON Edmé

BICHON Edmé

Bichon jpg

Né le 01/05/1921 à Limoges (87), pseudonyme : Katz au réseau Alliance, célibataire, étudiant en droit, habite Sarlat.
Agent du secteur “Caverne” au sein duquel il est agent de liaison du Colonel  Edouard Kauffmann.
 Arrêté le : 5 février 1943 à Sarlat.
 Prisons :prison Saint Pierre de Marseille,  Fresnes le 19 mars 1943, Romainville, Compiègne le 6 juillet 1943.
Il est dans le convoi parti de Compiègne le 2 septembre 1943 pour Buchenwald où il a le matricule 20734.
Il écrit une dernière lettre à sa famille le 1er décembre 1943.
Edme est déclaré décédé à Dora le 15  décembre 1943.

Edme Bichon est l’aîné des trois enfants d’André Bichon né en 1886 en Charente et de Marie-Solange Bichon – née Bouquillard – née le 1er décembre 1894 à Paris.
Edme naît le 9 mai 1921 à Limoges puis grandit à Sarlat en Dordogne avec sa sœur Magdeleine et son frère Yves.
Il est étudiant en droit lorsqu’il rejoint le réseau Alliance, recruté par le colonel Kauffmann et devient son agent de liaison sous le pseudonyme Katz.
Edme échappe à l’OVRA en janvier 1943 alors qu’il est à Nice où il a failli être pris dans une souricière.
Il sera finalement arrêté par les Allemands le 5 février 1943 à Sarlat à son domicile, suite à une dénonciation, puis emmené à la prison Saint Pierre de Marseille, à Fresnes le 19 mars 1943, Romainville où il passe 8 jours, et enfin à Compiègne le 6 juillet 1943. Il est déporté sans jugement à Buchenwald par le convoi parti le 2 septembre 1943 de Compiègne. De Buchenwald il est envoyé à Dora.
Edme est décédé à Dora le 15 ou le 17 décembre 1943.
Source : F. Duparc petite nièce de Edmé Bichon.

Reconnaissances :
Le 6 Mai 1946 le Field Marshal B.L  Montgomery  a délivré un “Certificate of Service” au nom d’Edme Bichon.”
En 1956 il est reconnu Mort pour la France, et son grade d’assimilation est sous-lieutenant FFC.
En tant que déporté résistant disparu, Edme reçoit la Légion d’honneur, ainsi que la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Par arrêté du secrétaire d’État aux anciens combattants en date du 21 juillet 19S7, il est décidé d’apposer la mention « Mort en déportation » sur les actes ou jugements déclaratifs de décès.
Son nom figure sur le monument “Aux héros et martyrs de la libération de l’arrondissement de Sarlat 1940 – 1945”.

Le 21 janvier 1969 Marie-Madeleine Fourcade dédicace le livre L’Arche de Noé dont elle est l’auteur, à Magdeleine la sœur d’Edme, en écrivant à la suite du titre : L’Arche de Noé  «,  témoignage du combat de son frère Edme Bichon, le courageux agent de liaison du secteur de Sarlat, l’un des plus jeunes éléments du Réseau, disparu en déportation. (…)». Dans ce livre qui retrace l’existence et les combats du réseau Alliance, Marie – Madeleine Fourcade dépeint Edme comme quelqu’un de « vaillant et tellement malin ».