Une famille de résistants du réseau : la famille DELIRY

L'Association a été reçue très amicalement par la famille DELIRY le 13 février 2017.

Pierre DELIRY était le chef prétendant à la succession de Mengel dans le secteur AUTUN.

Photo du RKG

Pour sa fiche cliquer ICI
La ville d'Autun était, pendant la guerre, une ville importante à la fois pour sa situation géographique, au bord de la ligne de démarcation, et pour ses usines de chiste bitumeux.
La milice était de ce fait très nombreuse, ainsi que les résistants.
Claude Deliry, l'un des 6 fils de Pierre, a écrit un livre (de famille) très intéressant sur son père que l'association possède maintenant. Qu'il en soit remercié.

Son père avait structuré un petit réseau local d'information. Ayant rencontré le Duc de Mac-Mahon, responsable du réseau Alliance avec son chef Paul Mengel, il accepta de s'intégrer dans le réseau Alliance, mieux armé techniquement pour transmettre les informations récupérées.
Pierre Deliry devint alors "TAMSAS" (race de serpent), code K 18.

Pierre DELIRY a conduit des actions glorieuses multiples. L'une d'entre elles fut particulièrement remarquable : celle  
des vedettes rapides allemandes.
Le port de Châlon avait été aménagé par les Allemands pour recevoir une réserve de vedettes, basées sur un plan incliné ver le niveau de l'eau.
L'IS fut prévenue. Voulant bombarder la ville ce qui aurait été catastrophique pour les habitants, le réseau Alliance proposa aux Anglais une idée géniale : détruire le barrage en aval de Châlon ce qui allait assécher la base marine et empêcher toute navigation vers le fleuve se déversant dans la mer..
L'IS accepta cette proposition, chargeant le réseau Alliance de procéder à l'exécution du plan.
Après une première tentative de deux faux saoulards jetant une valise dans la vanne (les dégâts furent insuffisants), la deuxième fut la bonne, à l'aide de deux véhicules bourrés d'explosifs. Les vedettes furent bloquées !
 
Pierre DELIRY fut victime, avec ses amis résistants, de Paul Lien, agent de l'Abwer introduit dans le réseau Alliance.
Après une fausse attaque sur un milicien qui lui permit d'obtenir les honneurs des résistants, Lien, introduit sur le secteur d'Autun, put donner aux Allemands tous les renseignements nécessaires à l'arrestation des membres du réseau.
Quelque temps après, Lien participait à l'arrestation de Léon Faye. 
Plus de 100 personnes furent ainsi arrêtées du fait de Paul Lien qui, le 16 septembre 1943, fêta sa victoire avec ses amis de l'Abwer au Lido à coup de champagne. Il reçut une récompense de deux millions de francs et la croix de fer avec épée.
Quelques jours après, ce fut le tour le l'équipe du colonel Edouard Kauffmann à Volvic.

Pierre DELIRY est mort fusillé en même temps que d'autres résistants, notamment Gabriel Romon, le 21 août 1944 à l'aurore, à Heilbronn.
Avant d'être emmené vers le lieu d'exécution, il dit ces paroles qui résument l'état d'esprit de tous les résistants d'Alliance
"Je n'ai pas haï l'Allemagne mais je voulais...faire quelque chose pour ma patrie. Je meurs pour la paix entre la France et l'Allemagne".