Hommage à la famille Moncomble père et fille, membres d'Alliance

Montcombe3Montcomble4Montcomble2Montcomble7fMontcomble5

Hommage

  • Roger MONCOMBLE dit Vlôô

 

Homme d’exception à la forte personnalité, profondément attaché à son pays et à ses traditions, il portait une affection particulière à la paysannerie au passé légendaire.

Celui que l’on prenait, durant les années précédant la seconde guerre mondiale, pour une sorte de père tranquille, cachait une âme étonnante de patriote, Monsieur Roger MONCOMBLE né le 3 décembre 1903, appartenait au Réseau Alliance (pseudo Bichon), l’un des plus importants réseaux de renseignements au service des Alliés que commanda Marie-Madeleine FOURCADE. Il militait sous le couvert de la Forêt d’EAWY  en Seine Maritime.

Traqué par la Gestapo, il fût arrêté en 1943 pour faits de résistance, à Uzerche (19), puis emprisonné durant deux mois à Limoges et huit mois à Compiègne, après ces mois de tortures sans parler, il est déporté au camp de concentration de NEUENGAMME (Allemagne). Il en rentrera vivant mais brisé le 18 mai 1945.

 

En 1946, pour animer sa convalescence à laquelle l’a réduit son état physique, Monsieur Roger MONCOMBLE, prend en charge l’humble société musicale de son village.

Mélomane averti, il achète à Paris une trompe et une méthode d’apprentissage et va créer, avec les éléments de la fanfare, un groupe de sonneurs, dans la plus pure tradition du XVIIIème siècle, et qu’il baptisera « Cercle du VOL CE L’EST ». Puis il cherche le contact avec les sonneurs de renommée de l’époque afin de s’initier à cet art qui lui était pratiquement inconnu. Il rencontrera et sympathisera très vite avec Messieurs Jacques BLANCHARD, Robert DECAMPS, Frantz VANNERON, Robert et William LAMOUCHE, Robert LAIGRE, Maurice MAUBUISSON, Père BATIOT dit la Rosée, Serge BERRENGER dit la Brisée, piqueux du Rallye ROUMARE, anciennement Equipage Prévost de la Moissonnière, dont il adoptera la tenue dès 1946 (jaquette vert sombre).

A cette époque, les moyens de communication sont très limités, très peu de véhicules et encore moins de CD ! Il effectue de nombreux voyages auprès du Rallye GAILLAND de Douai, du Cercle DAMPIERRE de Paris, du Rallye TOUJOURS ...

Véritable mécène, il favorisera de nombreuses réunions de sonneurs chez lui, dans son auberge du Bailly Bec. Puis, sur leurs conseils, il passera commande de 8 trompes Périnet, 40 ter rue FABERT à Paris, qu’il met à la disposition des jeunes.

Nous lui devions bien cet hommage en parlant de patrimoine culturel, fruit des actions et des pensées de nos aînés dont il est la parfaite illustration.

Si la trompe nous passionne, aujourd’hui, c’est bien grâce à Roger MONCOMBLE qui a su nous transmettre sa passion, son goût des traditions que nous perpétuons à notre tour.

Décédé en 1968, il repose pour l’éternité à l’entrée du petit cimetière de Saint-Ouen sous Bailly (76) juste à gauche au pied de l’église.

A sa disparition, la succession fût assurée par Jean Claude et Rémi EVRARD, et sans cesse revigorée par l’apport de jeunes sonneurs de talent qui firent la renommée du « VOL-CE-L’EST » jusqu’à le placer au plus haut rang (Vice-Champion de France à Chantilly en 1994). Restructuré en 1995, le « VOL-CE-L’EST » devient « Les TROMPES DU CHÂTEAU DE DAMPIERRE ». Restant disciple de Roger MONCOMBLE, lui que l’on appelait « VLÔO », on aime à se remémorer ses paroles :

« On sonne avec ses lèvres, son esprit et son cœur »

DISCOURS CEREMONIAL DU 3 MAI 2015

 

EN SOUVENIR DE MONIQUE MIQUEL-MONCOMBLE

 

 

 

 

Nous sommes réunis aujourd’hui pour honorer la mémoire de Monique Miquel Moncomble, à l’occasion de la réfection de sa tombe dans le cimetière de Saint-Ouen-sous-Bailly.

 

Je voudrais tout d’abord remercier la Commune de Saint-Ouen-Sous-Bailly et son Maire Monsieur Jean-Marie BAURIN pour nous recevoir avec tant de courtoisie, et remercier toutes les autorités qui se sont déplacées pour nous rejoindre et dont la présence nous honore.

 

Monique Miquel Moncomble, disparue le 18 août 2011 à 84 ans, m’avait demandé de créer notre association L’ALLIANCE en l’an 2000, laquelle succédait à l’Association Amicale ALLIANCE que Marie Madeleine Fourcade, chef historique du réseau Alliance, avait elle-même créée après la guerre pour réunir ses anciens amis survivants.

A cette époque, les Druides étaient les membres dirigeants de l’association et avaient décidé de dissoudre l’AAA.

Mais Monique avait la volonté de faire connaître le Réseau à un plus grand nombre. Elle avait un temps d’avance et regardait vers l’avenir : elle était consciente du devoir de transmission historique aux générations futures.

Elle me demanda de la soutenir contre les critiques, ce que je fis, et elle tint bon. Elle devint ainsi la première présidente de la nouvelle association.

Elle avait raison ! Le Réseau Alliance a été le plus puissant réseau français d’information de cette guerre, avec 3 000 membres officiels et, selon Léon Faye, près de 150 000 amis du Réseau. Et pourtant, on n’en a guerre entendu parler comparé à d’autres réseaux de moindre importance qui ont su se faire connaître.

Il s’agissait de donner à ce réseau sa place réelle dans l’Histoire.

Elle prit alors tout son temps pour l’association, en prenant soin d’être à toutes les réunions où elle pouvait promouvoir le souvenir du Réseau, soit parfois près de 70 déplacements dans l’année à travers la France !

Qui était Monique Miquel Moncomble ?

Tout d’abord, elle a été la fille d’un résistant de la première heure, Roger Moncomble, lui-même membre du Réseau Alliance après avoir été membre du réseau du Mont de Mouchet dans le Cantal. Mais il fut pris par la Gestapo et déporté à NEVENGAMME, camp de concentration connu pour ses expériences médicales inhumaines.

C’est Roger Moncomble qui, après la guerre lorsqu’il fut délivré par l’armée américaine, créa le VOL CE L’EST en février 46, groupe de sonneurs émérites connus maintenant comme les Trompes du Château de Dampierre qui aujourd’hui nous font l’honneur de leur présence et que vos oreilles n’oublieront certainement pas…

 

Monique, âgée de 16 ans en 43, prit une part active à la résistance avec ses parents. Si elle savait peu de choses sur le détail des activités de son père qui voyageait de France en Angleterre, elle aida sa mère dans la transmission de courriers, risquant d’être arrêtée quand elle roulait à bicyclette d’une ville à l’autre.

Puis Marie-Madeleine Fourcade, qui connaissait bien sa famille pour avoir eu l’occasion de faire travailler sa mère, demanda à cette dernière de garder ses deux jeunes enfants pendant quelques mois. C’était une mission de confiance et la jeune Monique s’occupa avec sa mère de la garde des enfants comme une jeune maman adolescente.

Monique continua ensuite, malgré la déportation de son père et les risques encourus, à s’activer comme agent de liaison pour le réseau Alliance. Elles recevit ainsi des paras anglais pour les remettre aux passeurs avec de faux papiers pour rejoindre l’Angleterre via l’Espagne et le Portugal.

Après la guerre et la création de l’ancienne association AAA par Marie Madeleine Fourcade, elle devint la secrétaire de cette héroïne, tâche dont elle s’acquit avec joie et fierté.

 

Elle acheta un ensemble de petits pavillons anciens construits principalement en bois à Saint-Ouen-Sous-Bailly où elle passa des moments inoubliables avec ses enfants.

Elle se destina pour le plaisir à l’aviation et, chose rarissime à l’époque, devint voltigeuse ce qui la fit remarquer par toute l’aviation civile.

 

Monique Miquel Moncomble a été faite chevalier de la Légion d’Honneur, chevalier de l’Ordre du Mérite et reçut la croix du Combattant Volontaire et la croix d’Ancien Combattant. Elle tenait aussi à sa médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports qui lui rappelait ses années d’aviation, ainsi que la médaille d’or du Grand Prix Humanitaire de France et de la Courtoisie Française.

 

Enterrée ici le 11 août 2011 sous de simples pelletées de terre, nous sommes heureux aujourd’hui d’avoir pu faire le nécessaire, grâce à la contribution et la participation active d’amis sincères, pour la mise en place de cette tombe enfin décente et représentative de son passé.

Monique, tu as marqué ton époque par ta disponibilité pour une cause héroïque, celle du réseau Alliance que tu refusais de voir tomber dans l’oubli.

Sois en remerciée aujourd’hui et que cette tombe rappelle à tous que tu as réussi pleinement à remplir ton devoir de mémoire.

 

 

 

 

 

 

Richard Kauffmann

Président